RETOUR Page PUBLICATIONS

Presse 2008

 

"Une journée de jeux", Article paru dans l'Est Républicain en page Grand Nancy/MAXEVILLE, le 25 janvier 2008

Les bénévoles avaient tout mis en œuvre pour que ce dimanche en famille soit une réussite, et ce fut le cas : cette dixième édition de Jeux et Familles en fête qui avait pour thème les transports, a vu défiler plus de 230 joueurs de tous âges. Dans l'une des salles du CILM, Jean-Charles Renard animait un atelier de découverte des sciences, plutôt destiné aux enfants de 7-8 ans, où les petits débrouillards ont découvert entre-autres, une certaine forme d'énergie produite par des aimants. Dans une autre salle, les enfants, de 0 à 5 ans, jouaient en manipulant principalement des jeux de construction, pendant que leurs frères et sœurs jouaient à la halte-garderie les Canailloux, qui a accueilli une dizaine d'enfants, tandis que leurs grands frères, âgés de plus de 8 ans, s'adonnaient dans une autre salle au jeu de rôle les Resquilleurs. Puis à 15 h 30 et 17 h, la compagnie Philodart, qui habituellement propose des contes dans le cadre de l'animation « A livre ouvert », a présenté un spectacle, intitulé Flâneries sur un tapis volant, où Odile, conteuse et Guillaume, conteur-musicien, ont enchaîné récits, anecdotes et contes orientaux. Enfin, dans la grande salle de spectacle, les familles ont tourné de table en table, testant les différents jeux de société proposés et souvent peu connus. Cinq lots, offerts par la mairie ont été remis aux vainqueurs de certains jeux. Parmi ces vainqueurs, Chloé, 7 ans, venue avec son papa et sa grande sœur Alice, qui ne regrette pas sa participation, puisqu'en plus d'avoir passé un bel après-midi à jouer en famille, elle a gagné au jeu du Tapis volant et elle est repartie avec un beau lot.

 

"Philodart à la croisée des arts ", Article paru dans La LIBERTE DE L'EST et sur le Site "Les nouveaux reporters", le 22 Février 2008

L’association Philodart et le collectif homonyme qui en découle allient depuis 4 ans Culture, passions et connaissances  pour le bonheur de tous
            « La rencontre, c’est le mot vivant de la médiation ». Être le médiateur d’artistes divers et variés. Telle est la vocation de Philodart. Créée en février 2004 et basée à Saint-Max, l’association à pour but premier la mise en relation d’artistes débutants, avec le milieu professionnel du spectacle.  « J’ai décidé de créer cette association parallèlement à mes études où je travaillait sur la médiation culturelle » affirme Guillaume Louis, le fondateur.
            Rapidement, Philodart a étendu son champ d’action en organisant notamment la démarche communicative de ces jeunes artistes voulant se lancer dans l’aventure. « Notre but est de créer un réseau d’artistes qui peuvent ainsi échanger, travailler ensembles ». Mais elle met également en place, avec l’aide de partenaires, certaines manifestations telles que des expositions ou encore des concerts. Aidé sur le plan administratif par sa compagne, aujourd’hui présidente de l’association, M. Louis dirige une semaine sur deux, un atelier conte destiné à des étudiants spinaliens. Accessoirement, l’association prête à ses membres le matériel de scène dont elle dispose pour leurs projets artistiques personnels.
            Peu à peu, d’autres artistes aux compétences techniques variées ont rejoint l’association et apporté leur savoir-faire. Passant au-delà du côté purement mécanique et théorique, ces membres se sont réunis pour le simple Amour de l’Art formant ainsi le Collectif  Philodart.
Passions et métissages
            L’association forme un véritable groupe d’artistes aimant travailler ensemble. De fil en aiguille, tout en restant liés étroitement au domaine technique, des collaborateurs de tout horizon se sont greffés au noyau dur du collectif. Ainsi, la troupe allie chant, musique, danse, contes et bien d’autres disciplines qui se côtoient en harmonie. Et ceci, sans faillir à la règle d’or : « nous avons pour objectif de rendre nos spectacles accessibles à tous ».
           Ainsi, le collectif Philodart n’hésite pas à modifier le « format » de ses représentations et ce grâce à un entrainement minutieux qui reprend tous les cas de figures possibles. "Nous sommes capables de jouer dans un fort de la Ligne Maginot, tout comme dans une maison et de retraite ou une école maternelle". Modifications qui peuvent être effectuées en fonction du public. "Le conte se prête volontiers à ce genre de modifications". Engagés aux cotés des personnes handicapées pour leur accès aux Arts de la scène, les membres du collectif multiplient les représentations en centres spécialisés.
                Dans cette optique de rassembler qui leur est propre, les Philodart collaborent avec des associations caritatives. Confondant ainsi les expériences, les influences mais aussi et surtout les cultures. L’Afrique, l’Asie se métissant aux contrées lorraines et plus particulièrement vosgiennes. Jouant d’ailleurs couramment dans le département, ils aiment enseigner les anciennes traditions et légendes aux plus jeunes à travers leurs mises en scène. Le Collectif  Philodart sera en représentation au Théâtre de la Roëlle à Villers-lès-Nancy du Jeudi 6 au samedi 8 Mars 2008 pour quatre pièces uniques.

Florent BULFERETTI    

 

"Le conte à l'heure tsigane", Article paru dans l'Est Républicain en page Grand Nancy/MAXEVILLE , le 5 mars 2008

La médiathèque organisait pour la première fois sur l'aire d'accueil des gens du voyage Manitas de Plata et en collaboration avec l'association Amitiés tsiganes, une séance de contes « A livre ouvert » par Odile Boileau-Derancourt la conteuse et Olivier le musicien, de la compagnie Philodart.
Les intervenants ont été très chaleureusement accueillis par Gina, qui fait le lien social au camp tsigane. Les 11 enfants et les trois adultes qui composaient le public se sont montrés particulièrement enthousiastes et curieux, participant activement à cet après-midi. D'autant que les enfants sont issus d'une culture musicienne, ils se sont très rapidement approprié les instruments présentés au fil des contes, qui étaient la flûte chinoise, la harpe gabonnaise, le balafon, le kalimba et le sithar hongrois, posant des questions intelligentes et intéressées.

Olivier Duranton
Les enfants étaient enthousiastes
Odile et Olivier ont été très émus et touchés de l'intervention spontanée d'un enfant participant, qui est allé chercher sa guitare et qui a joué quelques morceaux en chantant. « C'était sa façon de nous remercier et un moyen de partager la musique », précise Odile Boileau-Derancourt, touchée par cette belle attention.
Trois contes indiens d'Amérique du nord ont été présentés aux enfants, ainsi que des percussions fabriquées par Odile. Elle leur a expliqué comment faire pour qu'ils puissent les reproduire facilement.
Enfin, la séance s'est terminée par l'ouverture de la valise magique, remplie de livres de contes traditionnels, que les enfants ont pu consulter et se faire passer de main en main.

 

"L'âme des poètes à la bibliothèque", Article paru dans l'Est Républicain en page Grand Nancy/SAINT MAX, le 13 mars 2008

Après une dizaine d'années en forme de parenthèse, la bibliothèque de Saint-Max vient d'organiser et de se raccrocher à l'initiative nationale baptisée « Le Printemps des poètes ». S'adressant plus particulièrement aux enfants à partir de 5 ans, elle s'est traduite durant toute la journée d'hier, sous la forme de deux ateliers d'écriture dont l'objet était d'imaginer, d'illustrer ou de rédiger sur papier libre sa perception du thème de « L'éloge de l'autre », servant de base à ce presque exercice philosophique. Bien entendu, pour guider la trentaine d'enfants ayant répondu à ce « temps de plaisir, d'imagination et de création », la bibliothèque s'était adjoint les conseils éclairés d'Odile de Rancourt, animatrice et membre à part entière de la troupe Philodart.

Ambiance très studieuse. Odile atelier ecriture

Dans l'un des salons du château du Pont de la Meurthe, cette journée a signé « le plaisir d'être ensemble et de partager, car ce que l'on écrit n'est jamais totalement pour soi », estime Mme de Rancourt. Qui voit dans l'organisation d'une telle journée une possibilité intéressante « de donner envie de lire aux plus jeunes, l'écriture préalable favorisant le goût à la lecture, ce qui n'est par forcement vrai dans le sens inverse ».

 

"Philodart se met en quatre", Article paru dans l'Est Républicain en page GRAND-NANCY / VILLERS-LES-NANCY , le 01 avril 2008

Le collectif nancéien Philodart, c'est au départ l'expérience d'une rencontre féconde entre trois expressions vivantes, l'art du récit, la musique et la danse. Avec une dynamique de l'improvisation et cette volonté de proposer un langage artistique riche et accessible. Aujourd'hui, ce collectif de cinq artistes s'est professionnalisé et a enrichi son offre en proposant des spectacles plus personnels, restant fidèles aux principes initiaux de son aventure. Romain Charrois, Olivier Duranton, Stéphanie Gobert, Guillaume Louis et Odile de Rancourt ont fait souffler au caveau de la Roële l'esprit de leur aventure à travers quatre spectacles où se mêlent contes, musiques, danses, chants et mimes. « Les dits de grand-père grand-père » en ouverture où un vieil homme se retourne un jour sur sa vie et découvre stupéfait tout un patrimoine. Penser que toutes ces leçons partiraient avec lui, est une odieuse promesse de gâchis qui le met hors de lui. Alors il prend en otage les oreilles de son petit-fils, et recompose pour ce privilégié quelques bribes de sa biographie avec toute sa verve, sa poésie et sa mauvaise foi. Un travail sur la rencontre entre les générations, sur la transmission et tout ce que cela implique comme problématiques face à la mémoire, au désir d'étonner qui accompagne celui de léguer.

philodart roele
une suite de quatre spectacles

« Fantaisies pour chapeau troué » joué le lendemain est une cure de jouvence, un voyage intérieur opéré par Armand qui découvre dans une vieille boîte des pantins, marionnettes et automates capricieux, gardés par un démonstrateur muet. Et tout ce monde reprend vie, au nom d'une sagesse primordiale, la fantaisie. Des histoires se développent au gré d'une imagination qui sonde dans sa mémoire les anonymes issus de son quotidien. Ni ode nostalgique à l'enfance ni pamphlet sur la froide ambition et la fragilité de l'homme contemporain, cette pièce est plutôt une invitation à une fête consacrée à l'imagination, sa puissante intelligence, sa magie, son pouvoir régénérateur et socialisant. Spectacle à deux voix, mêlant contes berbères et lorrains, « Flâneries sur tapis volant » est la rencontre d'une femme mystérieuse et d'un jeune homme angoissé qui se retrouvent coincés à cause d'une panne de tapis volant. Le temps de la réparation, ils se racontent des histoires dévoilant leur univers, leurs poésies et leurs faiblesses. Enfin « Poires et queues de rats » joué devant une salle comble aborde les thèmes de pauvreté, de rumeur de sorcellerie, d'idiotie créative, de convoitise, de peur de la mort. Le collectif revisite, avec son humour et ses ambiances contrastées, la vieille leçon qui régit notre rencontre avec l'autre, « on commence par se moquer et on finit par apprendre ». Le public a été conquis.

 

"Formation avec "A livre ouvert", Article paru dans l'Est Républicain en page Grand Nancy / MAXEVILLE , le 2 mai 2008

La Compagnie Philodart commence à être bien connue des Maxévillois grâce à l'atelier « A livre ouvert », régulièrement proposé par la mairie et animé par Odile de Rancourt la conteuse et par ses collègues conteurs ou musiciens.
Vendredi dernier, cette compagnie proposait au CILM, à l'initiative de la Médiathèque du centre, une formation sur le thème « Comment lire aux tout petits » et ouverte à tout public.
Pendant une heure et demie, Guillaume Louis, conteur et musicien, a donc expliqué aux participants, en majeure partie des assistantes maternelles et animateurs jeunesse, sa façon de faire, son rapport personnel à l'oralité, ainsi que les différentes façons de lire un livre ou de raconter une histoire. Il a tout d'abord demandé à chacun de décrire par un mot-clé ce que représentait pour lui le livre.
Pour certains, c'est une ouverture sur le rêve, sur l'imaginaire. Pour certains, c'est le début d'une animation, pour d'autre, un moment de retour au calme.
Puis la séance s'est achevée sur une petite mise en situation, où l'une des participantes, assistante maternelle, a lu un livre aux autres personnes présentes. Il n'était bien sûr pas question de juger sa prestation, mais plutôt de présenter l'une des nombreuses façons de faire la lecture et surtout de justifier ses choix.

 

"Merveilleux contes", Article paru dans l'Est Républicain en page Grand Nancy / MAXEVILLE , le 15 mai 2008

Les tout-petits de la médiathèque et les enfants des structures voisines, de la halte-garderie par exemple, ont profité de l'animation proposée par la Compagnie Philodart représentée par une conteuse que les petits maxévillois commencent à bien connaître. Il s'agit d'Odile de Rancourt accompagnée pour l'occasion par Olivier Duranton, musicien.

Odile CILM
Le conte, un réel outil pédagogique.

Un succès que ces rendez-vous mensuels organisés sur le quartier de Champ-le-Bœuf, au centre intercommunal en l'occurrence, car de nombreux enfants ont assisté avec enthousiasme à ce spectacle musical, Olivier n'hésitant pas à leur expliquer le fonctionnement d'instruments traditionnels assez peu con- nus.
Quant à Odile elle raconta, comme toujours avec tendresse, « Le secret du petit garçon » et « La petite poule noire », des contes tziganes dont elle tirait toute la quintessence. Avec suffisamment de talent également pour captiver l'attention des petites têtes blondes durant toute la séance. De quoi développer l'imaginaire des enfants, et les familiariser avec le langage et la culture de l'écrit.

 

"Pedibus",Article paru dans l'Est Républicain en page BAR-LE-DUC, le 19 mai 2008

Affluence
Entre visiteurs éclairés et visiteurs d'un soir, la quatrième nuit des musées initiée en 2005 par le ministère de la Culture a été une réussite au plan local. Entre 19 h et 1 h du matin quelque 295 personnes ont choisi de passer une partie de leur soirée de samedi au Musée barrois. Pour y découvrir ou redécouvrir les œuvres sous un nouveau jour. Ce rendez-vous qui permet une approche différente de ce lieu de culture était rehaussé par des animations. Entre lectures de contes, moments de danse avec la compagnie L'autre et l'autre, mise en musique par les musiciens du Cim... les visiteurs ont été conquis.

guillaume musee barrois
Et en toile de fond, la nuit pour mieux admirer.

Affluence (bis)
Mais que se passait-il donc hier au hall des Brasseries ? Rien. Pourtant le parking et ses abords étaient pleins à craquer. Entre des engins de chantier, les caravanes de forains et les nombreuses voitures de particuliers, il était un peu difficile de trouver une place. Il devait bien y avoir une explication rationnelle à cette massive occupation. Que Pedibus a trouvée en voyant des dizaines de personnes, adultes et enfants, converger vers 11 h du côté de l'église Saint-Jean. Mais oui, on est en mai, un mois synonyme de communions tout simplement.
De retour
Parce qu'ils savaient que les promeneurs qui s'aventuraient sur la route de Montplonne s'étonnaient de ne plus rencontrer la vierge des Quatre Chemins, sur la route de Montplonne, les paroissiens de l'église Saint-Etienne ont tenu à saluer le retour de la statue. Afin que nul ne l'ignore...

 

"A la découverte de la nature", Article paru dans l'Est Républicain en page LE LUNÉVILLOIS, le 21 juillet 2008

Le terrain de camping de Bertrichamps s'est transformé en une gigantesque zone d'attractions, pour accueillir différents centres de loisirs de la région : Azerailles, Mont-sur-Meurthe, Flin, Velaines-en-Haye, Blâmont. En tout, près de 250 enfants. A l'initiative de la fédération départementale de Familles Rurales, ce rassemblement, un des 4 prévus en Meurthe-et-Moselle, réservés aux enfants de 3 à 5 ans et de 6 à 12 ans (1.500 enfants au total), a permis aux jeunes d'être sensibilisés aux problèmes récurrents de la nature sur les thèmes « Environnement et les sciences » et les « 4 éléments ».

enfants familles rurales
Les petits à l'heure du conte


Au travers de jeux ludiques, ils ont découvert les volcans, les tempêtes, les séismes. D'autres, grâce au conteur de la Compagnie Philodart ont approché les animaux et leur façon de vivre en communauté.
Une journée bien profitable pour tous, sous les meilleurs auspices météo, avec un super pique-nique à midi.

 

 

"Un conteur au musée", Article paru dans l'Est Républicain en page NORD-MEUSIEN, le 30 juillet 2008

guillaume musee montmedy
Enfants et adultes très intéressés.

Les enfants ont beaucoup apprécié la présence d'un conteur, qui a animé le musée consacré à Bastien-Lepage, le grand peintre du Nord meusien.
S'appuyant sur un certain nombre d'accessoires tels qu'une balalaïka, le jeune artiste, intermittent du spectacle venu de Nancy, et qui est également musicien, a beaucoup intéressé les enfants mais aussi les adultes les accompagnant, avec les magnifiques pour ne pas dire magiques histoires qu'il a fait vivre sous leurs yeux.
Le même jour, un groupe de scouts a participé à la visite nocturne qui, guidée par Bérengère, a été très animée. Des décors inédits étaient sur le parcours. Par ailleurs, grâce aux costumes mis à leur disposition, des membres du groupe ont pu se mettre dans la « peau » des figures historiques de la place forte montmédienne.

 

"Contes d'été sur l'herbe", Article paru dans L'EST REPUBLICAIN en page VANDOEUVRE ET GRAND NANCY, le 24 août 2008

L'heure du conte dans le cadre de l'opération « A livre ouvert » orchestrée par la Compagnie Philodart s'est déroulée mercredi après-midi. Faute de participants aux Cadières, les artistes Olivier Duranton et Odile de Rancourt se sont repliés au sein du parc de la mairie. Les enfants ont profité de l'art du récit, des légendes et des contes extraordinaires l'espace d'une petite heure, le tout en plein air.
Odile parc maxeville
La compagnie Philodart devant son jeune auditoire.
Tous campés sur le tapis, entourés de leurs parents qui assistaient également à l'animation.
Olivier accompagnait les récits d'Odile avec ses intruments traditionnels. Ouverture sur le conte, sur l'écriture et sur les cultures du monde, ces animations estivales s'achèvent mercredi 27 août dans le quartier des Aulnes.
La municipalité est bien décidée à prolonger l'expérience en programmant de nouveaux rendez-vous dès la rentrée, notamment à la médiathèque de l'Espace Edgar P. Jacobs.

 

"Tout conte fait", Article paru dans l'EST REPUBLICAIN en pages VAUCOULEUR, le 25 Août 2008

Depuis trois ans, grâce aux efforts conjugués du conseil général de la Meuse, de la ville de Vaucouleurs et de l'OTSI du canton, de nombreuses animations originales sont proposées à la belle saison au musée Jeanne-d'Arc : visites nocturnes ou musicales du musée, présence d'un conteur...
En 2008, le dispositif a été reconduit, en particulier grâce au financement du conseil général de la Meuse. Mais l'été tire déjà à sa fin, et après un rendez-vous musical donné par la compagnie de « la Branche Rouge », puis trois autres avec des conteurs, un dernier rendez-vous original est programmé pour aujourd'hui..
Les histoires racontées ne sont pas obligatoirement en rapport avec le lieu c'est-à-dire avec la période moyenâgeuse. Ainsi, ces rendez-vous permettent-ils de prendre un double plaisir en se baladant dans les collections du musée Jeanne-d'Arc, après avoir écouté de remarquables histoires.
Ainsi, récemment, un certain Guillaume avait conté l'histoire du Lion, terreur de la Savane, amoureux d'une petite souris, qui avait dû s'incliner devant la « force » d'un enfant, ou encore celle de cette vieille dame très pauvre nommée Misère, qui n'avait pour toute richesse qu'un poirier dont elle mangeait un fruit par jour, et qui avait réussi à gagner l'éternité en piégeant la Mort dans son arbre.
En juillet, ce sont également les enfants du centre aéré qui ont pu bénéficier de cette visite insolite, qui leur a offert une belle leçon d'histoire, car ils ont pu ensuite visiter le lieu de façon plus classique...
Rappelons en effet que le musée-Jeanne d'Arc recèle plus de 300 pièces consacrées à l'imagerie johannique du XVIe siècle à nos jours. A ne manquer sous aucun prétexte d'autant que l'entrée est gratuite !
• Cet été au musée Jeanne-d'Arc
- Musée ouvert tous les jours (en cas d'absence du guide, renseignements à l'OTSI).
- Cet après-midi à 14 h 30 : contes et théâtre : un conteur et ses contes au musée (entrée libre).
- Samedi 20 et dimanche 21 septembre : journées européennes du patrimoine sur le thème : « patrimoine et création ».
Horaires de l'OTSI pendant l'été : du lundi au samedi, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h ; le dimanche, de 14 h à 18 h. Lieux historiques : Permanence 7 jours sur 7, de 14 h 30 à 17 h 30.
Renseignements à l'OTSI (03.29.89.51.82).

 

"Inauguration officièle du foyer Jean-Paul Brocker", Article paru dans le REPUBLICAIN LORRAIN, en page FAULQUEMONT / TRITTELING REDLACH, le 29 septembre 2008

L’inauguration du nouveau foyer socioculturel s’est déroulée en deux parties : l’une avec les officiels de la grande région, l’autre avec les habitants de la commune. En même temps, il a été baptisé "Salle Jean-Paul-Brocker", en hommage à l’initiateur du projet, décédé en janvier 2007.
C’est fait : la commune est dotée d’un foyer socio-culturel moderne, fonctionnel et, ce qui ne gâte rien, joli. (...) M. Marini a associé l’initiateur de ce projet, «celui qui désirait le plus la construction d’un foyer : Jean-Paul Brocker ». Président de Tritteling-Redlach-Animation et adjoint au maire, cet animateur né, disparu trop tôt (décédé en janvier 2007 à l’âge de 56 ans), désirait de tout son coeur faire vivre son village à travers des manifestations de tout ordre afin que les habitants puissent s’y rencontrer, se parler et échanger. (...) Invités à prendre la parole à tour de rôle, MM. Lavergne, Masseret et Marzorati ont mis en avant le travail réalisé «par un conseil municipal dynamique dirigé par un élu motivé». Mises en avant, aussi les aides publiques dédiées au financement de réalisations de ce type chargées «de faire vivre le monde rural ».

dits de grand pete

Un spectacle pour petits et grands

La deuxième partie de la soirée, devant un parterre bien garni, a débuté avec un spectacle sympathique présenté par la compagnie Philodart de Saint-Max (Meurthe et Moselle) avec pour ambition le voyage pour petits et grands enfants : Les dits de grand’père. Un grand-père se retourne un jour sur sa vie et détaille ses souvenirs à son petit-fils. Travail sur la rencontre entre les générations, la transmission d’un patrimoine et les problèmes face à la mémoire et au désir d’étonner tout en léguant. Un spectacle joliment conté qui en appelle d’autres dans cette nouvelle salle pas seulement dédiée aux fêtes familiales et aux associations.
Et puis, comme toute bonne soirée conviviale, celle-ci s’est pousuivie le verre à la main en dégustant des réductions salées et sucrées, le tout présenté par l’équipe municipale.

"Des oreilles pour la valise magique", Article paru dans l'EST REPUBLICAIN en page GRAND NANCY / MAXEVILLE, le 25 Octobre 2008

« Le lieu est vraiment propice », indiquaient Odile de Rancourt et Guillaume Louis de la Compagnie Philodart installés mercredi dans le petit espace qui surplombe la médiathèque au CILM. Un endroit intimiste et chaleureux pour raconter des histoires aux enfants. Flânerie des mots, des sons et des gestes... Plusieurs arts se côtoient parfois autour du conte. Les enfants sont habitués maintenant à la rencontre avec les artistes et apprécient ce moment de détente.
La littérature, c'est ce qui aide à vivre et à grandir. Les contes parlent de choses graves ou sérieuses qui frappent l'imaginaire des enfants. Les thèmes abordés sont forts, moralisateurs, jamais anodins : comme l'avalement dans « Le Loup et les sept chevreaux », l'abandon dans « Le Petit Poucet »... Des contes de Grimm aux contes d'Andersen, les enfants ne sont jamais aussi calmes que quand ils assistent à l'heure du conte. Le spectacle est total car Guillaume Louis accompagne la conteuse au rythme de ses instruments traditionnels qu'il fera découvrir aux enfants en fin de séance.

odile cilm octobre
Odile distribue des livres tirés de la valise.

L'animation est conçue comme un éveil au livre et à la lecture, les deux artistes promènent leur « Valise magique » sur les différents quartiers de la ville dans le cadre des animations « A livre ouvert » proposées par la médiathèque : aire des gens du voyage « Manitas-de-Plata », médiathèque à l'espace Edgar-P.-Jacobs pour le centre-ville et médiathèque de Champ-le-Bœuf au CILM. Seules les expériences aux Aulnes et aux Cadières n'ont pas été concluantes. Un succès total à Champ-le-Bœuf car la dernière fois les artistes de Philodart ont accueilli 47 enfants sur deux séances (petits et grands), presque trop...
Une nouvelle fois, les enfants de la halte-garderie Les Canailloux, ceux de médiathèque et du centre de loisirs ont apprécié ce moment d'évasion et de rêve. Chaque mois, ils prêtent leurs oreilles et découvrent le secret de nouveaux livres quand Odile ouvre la valise magique.

 

"En quête d’ivresse sans alcool", Article paru dans l'EST REPUBLICAIN en page MIRECOURT LA PLAINE, le 11 décembre 2008

Dans le but de sensibiliser aux comportements à risques et à la conduite addictive, les encadrants du CFPPA ont convié leurs élèves à une mémorable balade nocturne.
Le thermomètre dépassait à peine le seuil du zéro degré mardi soir et les participants à la balade de nuit mise sur pied par le CFPPA trépignaient sur place à cause du froid et de l’impatience de partir vivre un moment exceptionnel.

Guillaume olivier mirecourt
Les artistes de la compagnie Philodart ont mis en scène une histoire autour de la chapelle de la Oultre.

La classe des élèves de Bac pro forestier et de BEP du lycée agricole ont donc quitté leur établissement pour se diriger vers les Halles puis vers la place de la fête, avant de faire une petite halte à la chapelle de la Oultre et enfin se rendre au dernier rendez-vous, une clairière du haut de Chaumont. « Le but de cette sortie nocturne est de leur montrer qu’il est possible de passer un bon moment et se laisser gagner par des sensations fortes qui font monter l’adrénaline comme la peur ou l’euphorie. Ou tout simplement s’amuser autrement que sous l’emprise de l’alcool », expliquait leur formatrice et conseillère d’éducation, Amandine André. L’encadrante était accompagnée par plusieurs de ses collègues : Catherine Cardat, Nelly et Noémie Marquis, Wally Corner-Jussy et Elisabeth-Anne de Fontaine pour chapeauter ce groupe espiègle et remuant. Mais ce que ne savait pas ces jeunes, c’était qu’une surprise les attendait à la chapelle de la Oultre avec les artistes de la compagnie Philodart de Saint-Max (54).

jeunes mirecourt
Les randonneurs d’un soit, composés d’élèves de Bac pro forestier et de BEP du lycée agricole, ont parcouru divers lieux où des surprises les attendaient.

Même pas peur

Devant l’illustre édifice ecclésiastique et sous les projecteurs, Guillaume Louis, conteur et Olivier Duranton, accordéoniste ont plongé les élèves dans une ambiance calquée sur cette nuit noire de Décembre. Certains des spectateurs faisaient les malins. « Même pas peur », lança Cyril pour amuser la galerie alors que d’autres écoutaient religieusement le spectacle. En tout cas l’action mise en place faisait son chemin dans la tête des élèves, au fil de la promenade nocturne.
La troupe de randonneurs d’un soir reprit ensuite le chemin en s’attaquant à la grande montée du Haut de Chaumont. Une fois en haut, ils écoutèrent une histoire un peu plus longue à la lumière d’un cercle de flambeaux. Au retour, la soirée se clôtura par une bonne boisson chaude sans alcool et une petite collation afin que les élèves puissent faire part de leur premières impressions sur l’expérience qu’ils venaient de vivre.

 

"Contes africains pour la maternelle", Article paru dans l'EST REPUBLICAIN en page PONT-A-MOUSSON ET LES ENVIRONS, le 13 décembre 2008

enfants champey
Cours préparatoire et maternelle sont attentifs.

Jeudi dernier, les écoliers de Bouxières et de Champey se sont rendus à la salle polyvalente pour assister à un spectacle financé par le PEL (Plan Éducatif Local). Il s'agissait d'un conte africain, « Les malices de tortue », proposé par la troupe Philodart de St Max. C'était la première étape d'un travail sur la maîtrise de l'expression orale pour les élèves de maternelle complété par l'approche écrite pour les élèves du Cours préparatoire. Le conteur, Guillaume Louis, se rendra ensuite dans les classes pour aider les enseignantes à exploiter cette séance.

 

"La magie des contes de Noël", Article paru dans LE REPUBLICAIN LORRAIN en page REGION DE FORBACH/ PETITE ROSSELLE, le 16 décemre 2008

Dimanche, la bibliothèque recevait Guillaume Louis, conteur et musicien qui proposait à petits et grands un excellent moment de détente.
Marie-Thérèse Adam, la responsable de la bibliothèque municipale avait vu juste, en conviant en ce 3e dimanche de l’Avent Guillaume Louis en ses murs. En effet, nombreux étaient les tout-petits, mais aussi les parents à venir passer un bon moment de détente afin de voir et entendre celui qui venait transmettre aux visiteurs du jour, non seulement des histoires pour adultes et enfants, mais surtout un moment convivial de partage, de rires et de sagesse à l’approche des fêtes de Noël.

guillaume petite rosselle

Après une bonne heure de récits, de musique, d’improvisation également, notre conteur avait réussi à apporter un moment de bonheur, d’imaginaire aussi, grâce à son spectacle La Sagesse du Monde. Belle initiative, à l’approche des fêtes de la part de la bibliothèque municipale, on en redemande…

 

"Fin d'année en musique à la ludothèque", Article paru dans L'EST REPUBLICAIN en page BANLIEUE NORD / FROUARD, le 29 décemre 2008

Comme chaque année, Nathalie Alvarez et Nathalie Ormes, les animatrices de la ludothèque La Mine aux Trésors, proposaient aux enfants un spectacle de fin d'année.

Romain olivier guillaume frouard
Les trois compères de la compagnie Philodart jouent de toutes sortes d'instruments.

C'est devant une salle d'animation comble que se sont retrouvés les trois artistes de la compagnie Philodart, de Saint-Max, Guillaume Louis, Romain Charrois et Olivier Duranton. Les trois conteurs musiciens ont offert un petit voyage vers le continent africain à l'assistance avec « La sagesse du monde » et trois contes passionnants et drôles, « Le lion amoureux de la souris », lion qui doit s'incliner devant un enfant plus fort que lui, « Pas de chance » l'histoire d'un enfant très malchanceux et « Le lion, la hyène, le léopard et le cobra » ou comment quatre dangereux prédateurs tentent de cohabiter.
Ce spectacle également musical a permis aux petits comme aux grands de découvrir la savane sous un autre jour grâce à trois histoires empreintes de fantaisie que les compères disent rechercher toujours.
Le public a longuement applaudi avant de quitter la salle.

 

 

RETOUR Page PUBLICATIONS

Dossiers spectacles

 

Compte rendu d'activités

2004

2005

2006

2007

 

Articles de Presse

2004

2005

2006

2007

2008

2009