RETOUR Page PUBLICATIONS

Compte rendu année 2005

 

Activités spectacles et animations

Dès janvier, le Collectif a repris les « Rendez-vous contes ! » à la MJC du haut du lièvre, avec un spectacle de soutien et d’hommage à Chyc. Ensuite, chaque mois fut consacré à une thématique nouvelle : contes d’Orient, contes Turcs, contes d’Europe de l’Est donnant l’occasion d’une collaboration avec Fleur, au Chant, contes arabes avec la seconde partie du spectacle partagée avec Oualid Benkhalfalha sur les facéties de Nasrédine Hodja, et en Juin un spectacle de contes érotiques. Les partenariats avec d’autres associations se sont poursuivis lors de soirées caritatives, ou d’animations de quartiers. Le collectif a renoué en Juin avec la formule du dîner spectacle avec une première expérience au Restaurant le Villeroy, à Villers, qui a accueilli 80 personnes. Contents de cette réussite une formule a été imaginée pour renouveler régulièrement le rendez-vous à partir de septembre 2005. Les contes des 1001 nuits se sont imposés au collectif, avec l’idée de suivre le fil de l’œuvre au fur et à mesure des rendez-vous.

Le collectif s’est enrichi de la venue d’un nouveau membre, dans le courant du mois de Mars : Romain CHARROIS, en tant que percussionniste, qui a joué pour la première fois avec nous lors de la soirée « Faites Vibrer ! » au Hublot (7 avril). Olivier éprouvant au mois de Janvier quelques souffrances à avoir à sa charge tout l’accompagnement musical (Guillaume étant désormais aux histoires), il était devenu important de lui trouver un partenaire. En adhérant à notre démarche, Romain a pu à la fois rétablir l’équilibre et le confort de jeu que nous avions trouvé à quatre avec Chyc, et apporter une énergie nouvelle au travail du collectif, un sens critique et un esprit convivial.

Au mois d’avril, le collectif a recommencé à envisager la professionnalisation. Guillaume et Olivier se sont engagés dans un effort de communication intense pour préparer l’été, avec en projet de tourner en Lorraine en Juillet puis en Bretagne en Août. Au mois de mai, les disponibilités de chacun s’étant largement réduites, ont été envisagées des formules adaptables entre deux et quatre intervenants. De toutes les démarches entreprises sur la lorraine, un contact intéressant a été établi avec Jean-Louis Hippert, du comité du pays de Nied, qui a proposé au collectif l’animation d’une veillée contée le 11 Juillet pour un camp itinérant d’adolescents à Rémilly. Cette même personne nous mettra en contact avec l’entreprise Creativo fenêtre pour l’animation de sa soirée d’entreprise (contes Indiens le 17 septembre), et proposera ensuite pour le 2 Octobre l’animation de la fermeture saisonnière du Fort de Bambech. Il s’agit là des premières expériences professionnelles du collectif.

Au mois d’Août, la tournée de Bretagne s’est faite en deux parties. La première entre Guillaume et Olivier, qui ont fait leurs premiers pas dans l’animation de rue et le conte d’intervention, en s’essayant au Festival Inter celtique de Lorient, au marché de Lannion au camping de Plestin les Grèves, en prenant la température et développant des contacts dans les campings. Après le 15 août, le retour avec Stéphanie a relancé la motivation et les activités, en jouant aux marchés de Lannion, de Perros-Guirec, de Tréguier, en intervenant dans un camping de Trébeurden, de Plestin à nouveau, puis en réalisant un dîner spectacle dans un restaurant à Guidel Plage, pour un groupe de séjour adapté de l’ASLV. L’association a pris en charge le déplacement, les artistes devaient pouvoir se payer les campings et nourritures avec les recettes réalisées en jouant, objectif qui a été atteint lors de la seconde période avec Stéphanie. L’objectif de découvrir la culture bretonne a également été réussi, surtout des points de vue culinaire et musical. Le challenge de jouer dans la rue et réaliser des animations a été relevé, non sans doutes existentiels ou crises de démotivations, mais n’y a-t-il pas meilleure initiation au conte d’intervention ?

La rentrée s’est égrenée de différents projets, de septembre à décembre, avec une alternance de représentations et d’animations en professionnels et amateurs (avec encore une large majorité d’interventions en tant qu’amateur), et des rendez-vous réguliers à la MJC haut du lièvre grâce auxquels le collectif élargi chaque mois son répertoire, et au restaurant le Villeroy (contes des 1001 nuits). C’est durant cette période que Guillaume réalise ses premières animations seul (Fort de Bambech, spectacle de Saint Nicolas à la MJC des 3 maisons). Chyc a refait en décembre un passage éclair d’une semaine à Nancy, grâce à une formation informatique négociée avec Microsoft, ce qui nous a permis de jouer une nouvelle fois ensembles (juste à trois Chyc, Guillaume et Stéphanie) dans le studio de danse de Stéphanie, puis la vie du collectif a repris son cours. Au total le collectif aura joué et animé sur environ 45 dates durant cette année.

 

Projet "Faites Vibrer!"

Avec le départ de Chyc au Gabon, ce projet a pris du plomb dans l’aile. Le site Anim’handi développé par les étudiantes initiatrices du réseau, et hébergé par le CREAI Lorraine, devait courant 2005 être repris et animé par PHILODART. Chyc étant l’informaticien de l’association, ce projet a du être abandonné. Le projet de week-end d’animations et de spectacles, que nous avions commencé à construire avec le centre des Milleries, et baptisé « Festival Faites Vibrer ! », a également avorté : Chyc était l’agent médiateur entre PHILODART et le comité Inter-entreprises CRAM-UGECAM, connaissant et travaillant avec les deux structures. Le projet était réalisable grâce à cette connaissance et ce dynamisme partagé avec Guillaume. Ce dernier ne s’est pas senti capable de porter tout le poids du projet sur ses épaules, préférant passer du temps à consolider les autres activités de l’association, elles aussi mises en péril par l’absence de l’autre membre fondateur. Le partenariat avec l’Institut des Jeunes Sourds a également avorté, avec jusqu’au mois de Juin l’espoir de le faire évoluer vers une collaboration scénique (travailler avec un traducteur qui raconte en même temps que Guillaume en langue signée), mais les animateurs qui avaient été rencontrés n’ont pas eu la disponibilité de répondre favorablement à ce projet.

Cependant, l’idée de la campagne de communication n’a pas avortée. Le projet Faites Vibrer s’est recentré sur deux objectifs :

- Le premier étant de communiquer (avec ou sans les moyens d’éditer et diffuser un livret), de parler aux autres artistes rencontrés du public inadapté, de leur faire part des expériences déjà vécues et de donner aux artistes intéressés quelques bases de compréhension de ce public très divers. Dans ce sens, une soirée a été organisée au Hublot, le 7 avril, où le collectif a présenté un spectacle de contes avec un géant qui permettait à un homme tronc de parcourir le monde, avec en message l’incitation au public d’artistes amateurs, d’étudiants, et de professionnels, à prendre conscience de ce qu’ils peuvent apporter avec leur seule qualité, leur sensibilité et leur bon vouloir.

- Le second objectif fut de permettre aux artistes de poursuivre leurs expériences dans le domaine de l’animation spectacle devant un public inadapté, en répondant à des demandes pour intervenir au sein des structures. Nous avons également tenté de favoriser l’accès de ce public à nos spectacles en jouant dans des salles aménagées comme la MJC haut du lièvre. De son côté, Stéphanie a décidé de franchir le pas d’une animation permanente à partir de Septembre, répondant aux propositions de la MJC Nomade de Vandoeuvre les Nancy, d’animer un atelier chorégraphique destiné aux débutants et personnes à mobilité réduite : les Maloupagaiste.

De son côté, Chyc a sollicité l’association pour un appui au Gabon, car il a durant ses premiers mois de présence au Gabon, pris contact avec des centres d’enfants victimes de trafic, centres qu’il a un temps fréquenté au rythme d’une séance par semaine. Le but pour lui fut d’apporter un peu de rêves à ces enfants plongés trop vite dans les réalités du monde adulte, et de sensibiliser les animateurs du centre à ne pas être seulement des « grands frères », des référents d’autorité, mais de stimuler l’imaginaire, de réveiller la dimension de rêve qui leur a trop tôt été volée. Dans ce sens, l’association a versé à Chyc une aide de 200 euros. Des idées ont fusé dans le sens d’un échange France-Gabon, entre des groupes d’enfants, entre des animateurs, un partage culturel et réflexif sur des pratiques, sur la place de la culture dans nos sociétés respectives, avec en ligne de mire une venue du Collectif PHILODART au Gabon, mais Chyc a fini par s’orienter vers une autre activité plus lucrative et sûrement plus sérieuse au vu de sa culture et de sa formation : il s’est remis à travailler dans l’informatique.

 

RETOUR Page PUBLICATIONS

 

 

Dossiers spectacles

Fantaisie pour chapeau troué

Les dits de grand-père

Deux voix, un pont de bois

Babayagagogo

 

Compte rendu d'activités

2004

2005

2006

2007

 

Articles de Presse

2004

2005

2006

2007