timbo banniere

 

boukson sere

Depuis l’antiquité, la lutte est présente dans les arts notamment plastiques et inspire les mythes. En Afrique, elle est emprunte d’une symbolique forte. Plus qu’un sport de combat, la lutte s’accompagne de chants de bravoure et de défiance, de pratiques magiques et de l’évocation de la mémoire qui véhiculent la richesse culturelle du pays.


Timbô exploite ces facettes d’un art millénaire conjugué aux propriétés de la boxe. En effet, la gestuelle, les techniques de jambes sont exploitées sur scène comme celles du danseur.

De plus, Timbô aborde un langage technique (attitude, posture, style) que l’on retrouve dans le champ artistique et chorégraphique plus précisément.

Appréhender le corps à corps en solo, se mesurer à l’imperceptible, se confronter à son histoire, telle est l’ambition de Timbô.

Quand la danse rencontre les sports de combat.

 

 

Naissance du projet

Je suis arrivé à un moment de mon existence où j’ai ressenti le besoin de faire le point. De cette réflexion sur mon parcours, je me suis rendu compte que j’ai toujours eu la danse en moi et que mon attirance tant par la lutte traditionnelle que par la boxe, n’était pas un hasard. Entrer dans une arène de lutte, monter sur un ring de boxe ou rejoindre une scène pour danser… Je me suis aperçu que tout cela finissait par se rejoindre. La danse a toujours fait partie de ma vie, depuis mon enfance avec les danses traditionnelles et au final ma réflexion m’a mené à comprendre que pour moi, la lutte et la boxe ont été des détours qui m’ont permis de mieux revenir à elle.
La préparation mentale aussi bien que physique au sein d’un sport de combat a été une expérience très formatrice et solide pour le danseur-chorégraphe que je suis aujourd’hui.

Suite à cette réflexion, j’ai eu l’envie de partager ce retour sur mon parcours. Mes recherches et mon travail chorégraphique nourris par celle-ci ont donné naissance à un solo intitulé Timbô, parcours intérieur.

 

 

timbo premiers pas novembre 2013 from guillaume LOUIS on Vimeo.

Premiers pas. Résidence de recherche - novembre 2013

 

Mon parcours intérieur

Doté d’une expérience notoire dans les domaines de la lutte et de la boxe, je me suis inspiré de ces pratiques professionnelles pour nourrir ma réflexion et développer mon écriture chorégraphique.
Un solo est né.  
L’objectif n’est pas de transposer un ring sur un plateau, mais puiser dans ces registres pour alimenter ma création et présenter une nouvelle technique.
Drops, directs, esquives, crochets, frappes ; ces mouvements sont puissants mais il faut rester vigilant face à l’autre.

Rester sur ses gardes, adopter la bonne posture, s’interroger sur la façon de se comporter dans l’espace face à un adversaire invisible ou face à soi-même. Mais fort de cette base, Timbô est le fruit d’un parcours de recherches comparatives qui ont mis en évidence les points communs entre la lutte traditionnelle, la boxe et la danse. Sans en être conscient, le lutteur et le boxeur mènent leur combat comme le danseur pratique son art. En effet, ils proposent des postures, des gestes, des pas, mais également des déplacements qui s’apparentent à ceux du danseur en quête d’une réelle occupation scénique.

 

 

 

 

Chorégraphie, Mise en scène, danse: Boukson SERE

Musique: Naiké CHAMBRETTE, Guillaume LOUIS

Récits: Guillaume LOUIS

Durée: 45 minutes

 

 

 

Photographies